SON NOM : Poehere
canstock5789522 

  L’histoire de la formule

L’inspiration pour ma création était l’idée  d'évoquer l'histoire du Heiva

J'ai choisi de faire un lait hydratant et apaisant pour tous types de peaux. L’envie de créer un produit mystérieux, fruité, apaisant et digne de porter le nom que je lui ai intitulé.

Comme une évidence Je pensais que la peau avait besoin d'être chouchouter d'une autre manière"...

Évidemment, il fallait que mon produit soit en rapport avec les fruits pas n'importe lesquels ceux qui ressemble a la couleur du  soleil, J’ai ajouté une pointe de sucré pour ses fruits qui sont très riches en vitamines et leurs parfums somptueux pour marquer les sourires délicieux et envoutant  de cette population tout en partant de la  base  du monoï

Le monoï s’est un très bon soin hydratant qui laisse une agréable odeur et fraicheur sur la peau, je voulais avant tous mettre le monoï en évidence et créer un soin cosmétique pour le corps tout en gardant un joli bronzage

Mais j’ai aussi cherché à élaborer un agréable parfum en mélangeant toutes ses richesses j’ai créé un beau festival

Les agrumes et qui reflètent à merveille la lumière du soleil).

Je trouve que ma création  sens le citron biscuité Une première approche pour comprendre toute la complexité d'une culture, son histoire, sa vie. En Polynésie française, chaque année au mois de juillet évoque sans ambiguïté

La fête et la célébration de la culture polynésienne. Heïva est un mot magique qui désigne la fête tahitienne et évoque la grâce des vahinés Appelées aujourd'hui Heiva (fête)

Qu’est ce que le Heiva ? Se sont des ces festivités qui permettent à tous, Tahitiens, «Demis», Chinois ou Popa'a (Occidentaux) de découvrir ou de redécouvrir la culture d'une région grande comme l'Europe.

L'artisanat

Le Heiva réserve aussi une place de choix à l'artisanat polynésien.

Un concours de tressage de niau est organisé chaque année. Tifaifai, gravures sur nacre, couronnes et chapeaux traditionnels sont exposés dans plusieurs villages et lieux de la place. La préparation du coprah et le « umu ti » (la marche sur le feu) sont également des spectacles à ne pas manquer.

Le concours de chant traditionnels

 qui se divise en quatre catégories

  le Himene Tarava (chants traditionnels) est interprété par tout le groupe de chant et dirigé par le Ra'atira (chef de cœur).

  le Himene Ru’aux (chants très anciens) s'interprète sans accompagnement à trois ou cinq voix.

  le Himene Nota (chants religieux plus récents) a une structure plus contemporaine.

En effet, ce sont les seuls chants qui sont écrits sur des partitions et sa structure harmonique de quatre voix (soprano, alto, ténor et basse) reflète ses origines contemporaines.

Il se chante sans accompagnement instrumental.

 le Ute est une chanson rythmée, interprétée par deux ou trois chanteuses accompagnées d'une petite formation d'instruments à cordes (guitare, ukulélé). Les paroles sont totalement improvisées et basées sur des jeux de mots.

les concours de danses  traditionnels Ils sont organisés pendant plusieurs semaines dans une ambiance de joie partagée ils sont toujours très attendus par le public.Les prestations des groupes de danse évoquent surtout des légendes anciennes et mettent en valeur le district ou l'île dont ils sont originaires Pour moi particulièrement la légende de hina ma touché Vous savez c'est l'histoire d'une déesse qui laissa son empreinte corporel sur ile de Huahiné Regarder tout autour de cette iles et vous y verrez beaucoup végétation Huahiné s’offre comme un bijou précieux et authentique. L’ile est intense de ses hommes et de ses femmes  par son passé royale et culturel.

Pour le concours De nombreux des prix sont attribués : aux  meilleurs danseuses et danseurs, plus beau costume, meilleure chorégraphie etc.…Chacun met un point d'honneur à offrir au jury, mais surtout au spectateur, la plus belle représentation d'un thème choisi par le chef de troupe Les costumes de danse accompagnent chaque pas, chaque geste des danseuses et danseurs.

Enfin,Les compétitions sportives

Dits « tuaro maohi », Les courses de pirogue, le lancer de javelots qui mesurent de deux à quatre mètres de long taillés dans un arbre local appelé « Purau ». Le but est d'atteindre une noix de coco, fixée à 7,50 mètres de hauteur Les concurrents étant placés à une distance de 20 mètres du poteau

La course des porteurs de fruits le poids porté environ de 20 à 50 kilos le 1er arrivé  a gagner Le lever de pierre très apprécié par le public, ancienne tradition des Australes et notamment de l'île de Rurutu

Pour corsé le jeu ses pierres sont enduit de monoï et pèse environs 80 à 100 kilos C'est une manifestation incontournable si l'on souhaite avoir un avant goût de la culture polynésienne, qui existe depuis maintenant plus d'un siècle. Le Heiva fait revivre le passé et donne aux jeunes générations le sens des traditions.

La Polynésie restera un beau joyau du pacifique ou tous est à explorer ,à admirer, à aimer  à comprendre son histoire une ile pleins de tresors.

j'espere pouvoir un jour découvrir ses magnifiques richesses 


recette
DSC04517